Les peuples des différentes régions du monde célèbrent l’arrivée du printemps depuis fort longtemps, bien avant l’arrivée de la fête de Pâques. Les coutumes et traditions ont beaucoup évolué au fil du temps, mais le chocolat est devenu, un peu comme les cadeaux à Noël, un des symboles le plus fort et répandu. Comment en profiter le plus possible sans vous ruiner?

1) La règle de base lorsque vous désirez vous sucrer le bec au maximum: la patience.
Le chocolat de Pâques est mis en marché spécifiquement pour cette période, et donc les emballages deviennent désuets dès que la fête est passée. Vous ferez d’ÉNORMES économies si vous pouvez repousser l’achat de chocolat le lendemain ou le surlendemain du lundi de Pâques. Les magasins spécialisés, les épiceries et les pharmacies offrent des rabais allant souvent jusqu’à 50% du prix régulier. En réussissant à faire patienter vos enfants un minimum, vous pourrez facilement profiter du double du chocolat, pour le même montant que vous auriez déboursé à peine quelques jours plus tôt. Si à la base, Pâques est la fin du carême, cette période de restriction et de jeûne, qu’est-ce qu’une petite journée de plus?

2) Profitez-en pour faire des réserves.
Le chocolat étant une denrée un peu dispendieuse, vous pouvez profiter de cette période de rabais pour accumuler votre chocolat pour une partie de l’année. Vous pourrez ainsi vous en servir pour déguster une savoureuse fondue au chocolat, en autant que vous ne souffriez pas trop en regardant fondre votre mignon lapin ou votre poule joufflue! Les restants de chocolat peuvent également être rapés sur de la crème glacée, ou utilisés en copeaux pour remplacer les pépites dans vos recettes de biscuits maison ou de muffins. Pourquoi ne pas en faire des brownies ou une succulente mousse au chocolat?

Et quoi de plus rigolo que de s’offrir des cocos de Pâques en septembre?